Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Copel - Cobes

Collectif des praticiens de la parole - Collectief voor het Behoud van het Spreken
Home /

Au KCE, ils nous connaissent !

Geert Hoornaert

C’est sans doute le groupe Technopolis ou l’Antwerp Management School, chaleureusement remerciés dans la préface du rapport du KCE Vers un plan intégré d’evidence-based practice en Belgique[1] qui ont fourni le diagramme suivant à nos savants du Centre fédéral. Le diagramme est à peine commenté mais sa doctrine parle au regard.


Et elle dit ceci : quand on veut modifier un comportement, changer un point de vue, brusquer une perspective, implémenter un nouveau discours, on rencontre une “réalité incontournable” mais locale : “une résistance au changement” (p. 11).

Le topos de cette réalité à son intensité maximale, vous le trouverez à droite, dans le champ des laggards (les “retardés”) et des skeptics.

C’est que “l’adaptation d’idées nouvelles implique un long processus de persuasion” (p. 10). (L’EBP, une idée nouvelle, vraiment ? Partout où l’on s’y connaît depuis un bon moment et où l’EBP a été introduite là où elle n’a pas sa place, en santé mentale par exemple, on en revient, dégoûté par les dégâts qu’elle occasionne... Mais passons.) Une idée nouvelle donc.

Et en ce qui concerne cette idée nouvelle, ne doutons pas que, selon le KCE, le collectif Copel-Cobes est une bande de laggards. Peut-être pas con jusqu’à être de ces climatosceptiques, créationnistes ou amateurs des miasmes évoqués dans la préface du rapport, mais retardés quand même. Ils résistent à la nouveauté – et avouons-le, il est vrai que nous ne sommes pas habités par un irrésistible réflexe à préférer automatiquement le moindre pet d’un contemporain aux œuvres complètes d’Aristote pour le seul motif qu’il sonne nouveau.

Sur le pronostic, par contre, ils se trompent. Selon le diagramme, les éventuels problèmes que pourraient poser ces dinosaures et l’agitation que provoquent leurs résistances savantes se règleront par le maître absolu : Time. Il faut juste laisser pisser le mouton et il se videra de lui-même.

Alors là, pas sûr !

Mais attendez... Imaginons une seconde qu’ils aient raison, au KCE et compagnie. Qu’au fond, il suffit de lancer “une idée”, qu’elle soit vraie ou fausse, juste ou mauvaise, nouvelle ou pas, puis de “l’implémenter”, de la promouvoir, de l’induire avec quelques carottes pour qu’elle devienne, avec un peu de patience, la nouvelle lumière du jour... Ô horreur !

[1]
Rapport KCE 291 BS Vers un plan inté́gré́ d’evidence-based practice en Belgique, juillet 2017 https://kce.fgov.be/sites/default/files/atoms/files/KCE_291Bs_Plan_EBP_Belgique_Plan_de_gouvernance_Synthese_0.pdf