Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Copel - Cobes

Collectif des praticiens de la parole - Collectief voor het Behoud van het Spreken
Home /

Dénoncez !

Gil Caroz

A côté de la menace que représente la montée de l’extrême droite chez nos voisins, notre litige avec Maggie De Block et sa loi sur les professions des soins de santé mentale semble pâlir. Néanmoins, il y a une convergence entre les méthodes de Maggie de Block et celles de Marine Le Pen. Pas de discussion, impasse sur le débat démocratique… Circulez ! Les stratégies sont aussi les mêmes. On séduit le « peuple » en mettant des idées simplistes en avant et on se positionne comme victime quand on est contesté. « Diabolisation » s’exclament les partisans de Marie Le Pen, « acharnement » déplore Maggie De Block. Scientisme et populisme marcheraient-ils main dans la main quand il s’agit de produire de l’exclusion et de s’offusquer de la contestation qui gronde ?

Victime aussi la commission des psychologues dont les chevaliers servants « ne sont que des êtres humains » ! Elle prétend nous servir avec dévouement, vouloir notre bien, défendre le prestige de notre profession et malgré cela, nous osons contester son mode de fonctionnement.

Suite à la dernière Assemblée plénière de la Compsy, la FBP a publié sur son site une dénonciation de l’APPPsy qui siège avec elle dans cette Assemblée [1]. Selon la déclaration de Koen Lowet, l’APPPsy aurait une attitude non constructive car elle met « systématiquement en évidence ce qui ne va pas ». Le problème n’est donc pas ce qui ne va pas, mais le fait qu’on mette le doigt dessus. Par ailleurs cette dénonciation de l’APPPsy la présente comme soutenant une contestation minoritaire. Comme s’il n’y avait que l’APPPsy pour le faire. L’UPPSY, l’APPELpsy et le KLIpsy n’existent-elles pas ? Les deux lettres de désapprobation contre la Compsy, signées chacune par 400 psychologues, n’ont-elles jamais été écrites ? La réunion des représentants de la Compsy avec les représentants du Copel-Cobes, de l’APPELpsy et de la KlIpsy n’a-t-elle jamais eu lieu ? Le compte rendu écrit suite à cette réunion n’a certainement, lui non plus, jamais été écrit !

Entre-temps, la Compsy continue à nier son implication dans la rédaction du Code de déontologie, problématique sur plusieurs plans. Elle refuse de faire savoir en toute transparence les avis qu’elle a donnés au Ministère des classes moyennes sur ce code. Le bouton « plaintes » a bel et bien été supprimé de la première page du site de la Compsy, mais nous ne sommes pas dupes de ce genre de démarches qui visent à édulcorer une pratique qui reste inchangée. La Compsy persiste à vouloir rester la police des psychologues et voile mal son intention de les mettre au pas d’une pensée unique ainsi que son impuissance à se porter garante d’une qualité qu’elle ne peut pas garantir. Il suffit, pour s’en apercevoir, de lire la rubrique du site intitulée « Signaler l’usurpation du titre de psychologue » [2].

L’appel à la dénonciation n’est pas sans évoquer un passé funeste. En France aujourd’hui, on y est, les ennemis du genre humain frappent à la porte du pouvoir. Et demain, en Belgique ?