Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Copel - Cobes

Collectif des praticiens de la parole - Collectief voor het Behoud van het Spreken
Home /

L’indic’ vous nique !

Pascale Simonet

La pratique de l’évaluation par indicateurs semble être la nouvelle panacée des ministères et administrations des divers niveaux de pouvoir en charge de la santé mentale.

Une récolte de données opaques et parcellaires prétend désormais établir notre « double statistique » à partir de faits concrets observables, et ainsi éliminer l’imprévisibilité des sujets singuliers que nous sommes ou que nous accueillons.

Une nouvelle prouesse de l’État en matière de maintien de l’ordre que Google ne dénie pas. Si vous y tapez « indicateur », les premiers mots à l’écran, encadrés comme un signal d’alerte, nous donnent le la d’une chansonnette qui ne semble plus questionner personne : « Dans la police, un indicateur, ou plus couramment un ‘indic’ est un auxiliaire (…) qui fournit des informations (…) de façon officieuse, le plus souvent. »

Praticiens, praticiennes, toutes orientations confondues, nous voici donc avertis sans fard de l’instrumentalisation dont nous sommes dès aujourd’hui l’objet !

Ce pas de plus – ce pas de trop après bien d’autres – dans le détournement des fonctions des acteurs du champ psychosocial vers des fonctions de maintien d’un ordre économique de fer dont nous mesurons toujours plus les effets délétères, nous n’en voulons pas, et nous le ferons savoir aussi longtemps qu’il le faudra.

Nous refusons d’être dépossédés de ce qui nous est propre et de ce qui fait le cœur même de notre travail, d’être réduits à une virtualité statistique, dans laquelle nous ne pourrons jamais nous reconnaître, et dont les « décisions » algorithmiques risquent néanmoins de s’imposer à nous, dans une indifférence et une indifférenciation absolues.

Nous refusons et refuserons toujours de laisser épingler et faire taire les sujets que nous rencontrons. Pas question de les considérer comme des « usagés » dont il nous reviendrait la tâche immonde de faire le tri sélectif. Nous défendrons haut et fort notre éthique qui donne chance à la rencontre singulière et qui accorde une valeur incalculable au lien inédit avec le clinicien.

Toutes et tous, si vous êtes sensibles à ces dérives managériales, vous êtes invités, à rejoindre le Collectif Copel-Cobes et faire entendre votre voix lors de notre prochain meeting. Ce ne sera pas vain.