Vos actions : Créer un document, voir la page générale.

Copel - Cobes

Collectif des praticiens de la parole - Collectief voor het Behoud van het Spreken
Home /

Le serment d’Hippocrate sous le régime de Maggie de block

Brigitte Baleine

Madame la Ministre, vous souvenez-vous avoir, en son temps, prêté un certain serment ? Je vous invite vivement à prendre le temps de relire le serment d’Hippocrate. Votre loi de juin 2016 en matière de psychothérapie me met en colère. J’y lis le bafouement de ce qui est au cœur de votre profession première, médecin, et qui devrait perdurer en tant que Ministre de la Santé. Votre intérêt premier n’est pas le patient, n’est pas la santé, mais le chiffre. Et vous réduisez le patient à un coût, l’être humain s’effaçant derrière l’arithmétique.

J’en reviens à votre serment d’Hippocrate. Reprenons-en quelques extraits.

« J’utiliserai le régime pour l’utilité des malades, suivant mon pouvoir et mon jugement ; mais si c’est pour leur perte ou pour une injustice à leur égard, je jure d’y faire obstacle »[1].

Je jure de faire obstacle à l’accomplissement de votre loi, car elle promeut et la perte et l’injustice du patient en souffrance mentale.

« Tout ce que je verrai ou entendrai au cours du traitement, ou même en dehors du traitement, concernant la vie des gens, si cela ne doit jamais être répété au-dehors, je le tairai, considérant que de telles choses sont secrètes »[2].

Les exigences auxquelles vous nous soumettez nuisent à l’indépendance qui permet l’instauration d’un rapport de confiance, du transfert nécessaire au dépliement de la parole et à la relation d’aide.

La majorité des professionnels de la parole ne vous ont pas attendue pour souscrire à une éthique dans le cadre de leur profession. Pour ma part, l’Ecole que j’ai choisie (et non qui m’a été imposée), après 19 ans de pratique, n’a de cesse de me former, de me mettre en cause, de me superviser, de me mettre au travail. Bien plus que ce que votre loi ne le suggère, croyez-moi ! Et avec une rigueur bien supérieure à celle que vous promulguez.

En outre, et là, Madame la Ministre, nous avons un gros souci, votre loi me place dans une case que je refuse d’occuper, car totalement contraire à ce pour quoi je me bats auprès de mes patients depuis 19 ans : l’écoute et le soutien de la singularité de ceux qui ont placé leur confiance en mes collègues et moi. Votre loi me donne le sentiment de devenir un petit soldat d’un nouveau type d’armée. Eh bien, Madame la Ministre, je ne m’engagerai pas au Ministère de la Défense de la Productivité. Je ne ferai pas partie de vos rangs. Mon éthique m’en empêche, et je m’en réjouis.

Vous qui êtes praticien, patient, citoyen, je vous convie à faire entendre votre voix, de sorte que la « bonne santé » demeure un droit et non un devoir.

Brigitte Baleine est criminologue, clinicienne au centre médical Enaden.

[1] https://ordomedic.be/fr/l-ordre/serment-%28belgique%29/serment-hippocrates/

[2] https://ordomedic.be/fr/l-ordre/serment-%28belgique%29/serment-hippocrates/